Une ordonnance étend à l'ensemble des opérateurs de restauration collective privée les obligations en matière de lutte contre le gaspillage alimentaire.

Déjà imposée à l'État, aux établissements publics et aux collectivités territoriales pour les services de restauration collective dont ils ont la charge, une obligation de lutte contre le gaspillage alimentaire va peser sur les opérateurs de restauration collective privée.
Cette obligation sera pleinement effective à compter du 23 octobre 2020, les opérateurs disposant d'un délai d'un an pour s'y conformer.
En attendant, à partir du 1er janvier 2020, ils devront rendre publics leurs engagements en faveur de la lutte contre le gaspillage alimentaire.

Quel rôle pour les associations ?
Les opérateurs de restauration collective préparant plus de 3 000 repas par jour et ceux de l'industrie alimentaire réalisant un chiffre d'affaires supérieur à 50 millions d'euros auront l'obligation de proposer une convention aux associations habilitées d'aide alimentaire pour le don de denrées consommables et non vendues, au plus tard à compter du 23 octobre 2020.

Auteur

Juris associations pour le Crédit Mutuel