Toutes les options d'accessibilité du site associathèque | Raccourci vers le menu de premier niveau | Raccourci vers le menu de second niveau | Raccourci vers le contenu principal | Raccourci vers le formulaire d'identification | Raccourci vers la recherche | Raccourci vers le pied de page

Budget d'investissement


Investir, pour quoi faire ?

L’investissement est une décision stratégique ayant des répercutions à long terme. En effet, un investissement est, par définition, une dépense ayant pour but de modifier durablement le cycle d’exploitation de l'association, contrairement à une charge.

Lorsque l’association décide d’investir, elle s’engage pour plusieurs années.

Attention

Attention

Toute décision d’investir doit être soumise à une réelle réflexion sur la nécessité d’investir et l’obtention de moyens parallèles permettant de jouir de terrains, immeubles, matériels ou mobiliers.

Elle doit également se positionner sur l’investissement lui-même et sur son mode de financement.

Exemples :

  • pour l’acquisition d’un terrain ou de locaux : lieu d’emplacement, superficie, construction neuve ou achat d’un bien existant ;
  • sur le financement de l’investissement : l’acquisition se fera-t-elle en autofinancement total ou partiel ? Un emprunt sera-t-il contracté ? Si oui, sur quelle durée ?

La durée de l’emprunt doit être cohérente avec la durée de vie estimée pour l’investissement. Lors de l’acquisition d’un véhicule, l’emprunt contracté ne peut pas être prévu sur 10 ou 15 ans.

Il est également important de bien évaluer l’ensemble des implications de cet investissement. Il faut donc recenser les ressources propres que l’association peut consacrer à celui-ci, les subventions éventuelles et les emprunts qu'elle devra solliciter.

Tout comme pour les ressources, il faudra évaluer les dépenses qui découleront de cet investissement :

  • frais de mise en place,

  • frais de déménagement,

  • intérêts des emprunts,

  • dotation aux amortissements.

Après avoir recensé l’ensemble des ressources et des dépenses, il conviendra de s'assurer de l'équilibre du budget d'investissement.


Cas pratique : prévoir des recettes adaptées


Cas pratique

Reprenons l’exemple de notre association du "club des amis d'associathèque".


Elle dispose dans ses immobilisations d’un véhicule de plus de 15 ans totalement amorti. Ce véhicule est régulièrement en panne, ce qui entraîne des frais de réparations importants, 2 000 € sur l’année écoulée, et des frais de location d’un véhicule de remplacement pour 900 €.

Elle envisage d’acquérir un véhicule d’occasion plus récent pour 10 000 €.

N’ayant pas la capacité d’autofinancer son achat (la trésorerie serait très fortement pénalisée), l’association envisage de faire un emprunt de 8 000 €, remboursable sur quatre ans et d’autofinancer les 2 000 € restants.

Son budget d’investissement se présente ainsi :

Véhicule 10 000 Autofinancement 2 000
  Emprunt 8 000
Total 10 000 Total 10 000

Sans oublier bien sûr les conséquences sur le budget de fonctionnement réalisé.

  • Emprunt : 8 000 € sur 4 ans au taux fixe de 4.90 % soit des charges d’intérêts pour la première année d’emprunt
    de 350 €

  • Amortissement : 10 000 € sur 5 ans en mode linéaire : 2 000 € par an

  • Assurance : passe de 300 € à 450 € par an


Dépenses Montants en euros Recettes Montants en euros

60- Achats

 

70- Ventes de produits finis, prestations de services

 

- Achats non stockés (eau, électricité…)

200

- ventes spectacles

18 930

- Petits équipements

600

- Produits accessoires

2 000

- Fourniture administrative

100

 

 

61- Services extérieurs

 

74- Subventions d’exploitation

1 000

- Locations de matériels (-900)

2 900

 

 

- Entretien et réparation (-2 000)

500

 

 

- Assurances (+150)

450

 

 

- Documentation

50

 

 

62- Autres services extérieurs

 

75- Autres produits de gestion courante

 

- Honoraires

1 000

- Cotisations

900

- Publicité et publication

700

- Produits divers de gestion courante

 

- Déplacements

1 550

 

 

- Frais postaux et de télécommunication

250

 

 

- Frais bancaires

100

 

 

63- Impôts et taxes

700

78- Reprise sur amortissements et provisions

 

64- Charges de personnel

 

 

 

- Rémunération du personnel

7 250

 

 

- Charges sociales

3 460

 

 

66- Charges financières (+350)

350

 

 

68- Dotation aux amortissements* (+2 000)

2 270

 

 

Total des charges prévisionnelles

22 430

Total des produits prévisionnels

22 830

* Dotation aux amortissements : 270 € au titre des autres investissements et 2 000 € au titre du nouveau véhicule.


A la suite de cette décision d’investissement, le budget présente un léger excédent. Celui-ci servira de marge de sécurité, le véhicule acquis étant d’occasion et donc susceptible d’engendrer des frais non prévus.


Retour au budget