Toutes les options d'accessibilité du site associathèque | Raccourci vers le menu de premier niveau | Raccourci vers le menu de second niveau | Raccourci vers le contenu principal | Raccourci vers le formulaire d'identification | Raccourci vers la recherche | Raccourci vers le pied de page

Formation des bénévoles

Importance de la formation

La question de la formation des bénévoles est trop souvent abordée en partant d’enjeux institutionnels : structuration de l’offre, financement des formations, enjeux pour les associations, recherche de consolidation, etc.

La formation des bénévoles, notamment des dirigeants, fait partie de la problématique plus générale de l’accompagnement des associations.


En effet, la formation sert à sécuriser l’environnement, notamment juridique, dans lequel évoluent l’association et ses bénévoles chargés de l’animer et de la diriger.

La maîtrise de notions juridiques, comptables, sociales, de gestion des ressources humaines salariées et bénévoles, ainsi que des informations relatives à la gestion des projets, à l’obtention de financements ou encore à l’élaboration de partenariats permet est nécessaire. Elle permet d’appréhender plus facilement une bonne gestion, facteur de pérennité et de développement de l’association.

Surtout, la formation facilite la prise de responsabilités des bénévoles, particulièrement des dirigeants, mais pas seulement : elle les sécurise, les rassure, les motive et les fidélise. Elle contribue à la professionnalisation des bénévoles, exigence de plus en plus recherchée par les associations.

La formation constitue également un levier important pour fidéliser les bénévoles.

Centres de ressources et d’information, centres d’information sur la vie associative, chambres régionales de l'économie sociale et solidaire, réseaux, fédérations, espaces associatifs gérés par les départements, maisons des associations gérées par les municipalités, pôles de la vie associative, dispositifs locaux d’accompagnement, organismes de formation privés, universités et autres institutions d’enseignement, etc. : à l’instar des autres dispositifs d’accompagnement, l’offre de formation manque cruellement de lisibilité pour les bénévoles.

Toutefois, plusieurs dispositifs accessibles aux bénévoles leur permettent de se former ou de valider leurs compétences obtenues sur le terrain : ils vous sont présentés dans ce guide.


Bon à savoir

Bon à savoir

Pour répondre à l’investissement des millions de bénévoles et aux attentes de la population dans son ensemble, le développement de la vie associative est largement lié à un développement des compétences des bénévoles dans l’élaboration et la réalisation de leurs projets.


C’est le rôle que doit jouer le Fonds de développement de la vie associative (FDVA). Il a pour objet principal de contribuer au développement des associations, à l’exception de celles qui interviennent dans le domaine des activités physiques et sportives, notamment par l’attribution de concours financiers au profit des bénévoles élus ou responsables d’activités pour la formation tournée vers le projet associatif et pour la formation technique liée à l’activité ou au fonctionnement de l’association.


Bon à savoir

Bon à savoir

Le bénévolat et la formation dans la loi ESS

Promouvoir l’engagement associatif constitue l’un des axes forts de la loi n° 2014-856 du 31 juillet 2014 relative à l'économie sociale et solidaire. A cette fin, elle envisage la création d’un congé d’engagement pour l’exercice de responsabilités associatives bénévoles. Elle prévoit l'établissement d'un rapport par le Gouvernement au Parlement sur l’évaluation des dispositifs de congés existants pour favoriser le bénévolat associatif et sur la création d’un congé, ainsi que sur l’opportunité de créer un tel congé (art. 67).


Ce rapport, issu d’un groupe de travail piloté par le Ministère chargé de la vie associative et l’association Le Rameau, intitulé « L’engagement associatif des actifs », a émis 15 propositions. Parmi celles-ci, celle visant à aménager un dispositif réglementaire indemnisé qui facilite l’aménagement de temps pour permettre aux actifs de participer au processus décisionnel des associations.


Par ailleurs, en complément du FDVA, la loi ESS permet aux associations qui le souhaitent de contribuer au financement de fonds territoriaux pour mener des actions communes, notamment pour proposer une offre mutuelle de formation (art. 68).

En outre, la loi ESS prévoit que les associations pourront financier la création de fonds de formation, pour encourager le dynamisme associatif et soutenir la qualification des dirigeants bénévoles du secteur, là encore en complément du FDVA (art. 79).

Enfin, elle cherche à favoriser la validation des acquis de l’expérience bénévole (art. 65).

Bon à savoir

Bon à savoir

Création du compte d'engagement citoyen par la loi Travail

La loi Travail n° 2016-1088 du 8 août 2016 (art. 39) prévoit la mise en place, à partir du 1er janvier 2017, d'un compte personnel d'activité (CPA) pour chaque actif, constitué de trois dispositifs : le compte personnel de formation (CPF), le compte personnel de prévention de la pénibilité (C3P) et le compte d'engagement citoyen (CEC). Le principe du compte d'engagement citoyen est simple : recenser les activités bénévoles ou de volontariat de son titulaire. Le compte permettra d'acquérir des heures inscrites sur le CPF ou des jours de congés pour exercer des activités bénévoles ou de volontariat. La loi précise les activités de volontariat (tel le service civique) ou de bénévolat associatif qui permettront d'acquérir des heures sur le compte.

Les activités bénévoles ne seront acceptées que sous certaines conditions, cumulatives, qu'un décret doit préciser :

  • l'association est déclarée depuis au moins trois ans et a pour but exclusif l'assistance, la bienfaisance, la recherche scientifique ou médicale ;
  • le bénévole siège dans l'organe d'administration ou de direction de l'association ou participe à l'encadrement d'autres bénévoles.

Les activités bénévoles ou de volontariat sont recensées par le titulaire du compte. Pour chacune d'elles, un décret à paraître doit déterminer la durée d'exercice nécessaire à l'acquisition de 20 heures sur le CPF. La loi a d'ores et déjà limité à 60 le nombre d'heures pouvant être acquises grâce à des activités de volontariat ou de bénévolat. L'employeur pourra accorder des jours de congés payés destinés à l'exercice d'activités bénévoles ou de volontariat.