Les impacts du développement durable

Il existé différents impacts environnementaux concernant :

Les courriers

Traditionnellement consommatrice de papier pour envoyer les appels aux dons par La Poste, le premier impact concerne donc la production des mailings, mais aussi leurs routages. Vous pouvez donc faire attention à la provenance du papier (recyclé, PEFC, FSC) ou encore à son poids (grammage). Vous pouvez être vigilant dans le choix de l'imprimeur ou encore dans le cahier des charges que vous lui confierez (imprime vert, encre bio ou végétale, impression N&B, sans aplat de couleurs...).

Enfin, vous pouvez faire appel à un ESAT pour assurer le conditionnement de votre mailing et son routage.

L'événementiel

Organiser un événement pour collecter des fonds c'est aussi des impacts environnementaux : déplacement des visiteurs, déchets, traiteur et alimentation, livraison des matériels... là aussi vous pouvez agir.

Conseil

Reportez-vous aux pages dédiées au développement durable dans nos guides Communication et Organiser ses manifestations pour prendre en compte les différents aspects.

Le digital

Les associations ont tendance à numériser leurs appels aux dons pour les envoyer par mail ou par SMS.

La motivation est aussi d'ordre économique compte tenu de la suppression des frais d'impression et autres.

Attention toutefois ; Ne croyez pas que cela va supprimer totalement les impacts environnementaux de votre collecte ! Certes, ils vont être réduits, mais la consommation d'énergie (notamment des serveurs utilisés pour envoyer et stocker vos mails par exemple) génère des émissions de CO2 qui participent au changement climatique de la planète.

Conseil

De plus en plus d'hébergeurs et constructeurs informatiques proposent des solutions intégrant le développement durable. On parle de Green IT (label énergie star) ou de site électroniquement vert ou encore d'émissions compensées. Wattimpact (www.wattimpact.com) est par exemple une des solutions en la matière.

Renseignez-vous auprès de vos fournisseurs.

Les messages

Appliquer le développement durable cela va aussi jusque dans la communication écrite et la manière de dire ou présenter les choses. Les partis pris rédactionnels (ton alarmiste, réalisme...), les images (au sens propre comme au sens figuré), les accroches... autant de points d'attention pour communiquer de manière responsable.

Attention à trouver le bon équilibre entre les techniques rédactionnelles des messages qui facilitent le don chez le lecteur et la communication responsable.

Le rapport avec les prestataires

Là aussi vous pouvez appliquer le développement durable en étant respectueux de vos fournisseurs. Prendre en compte leurs contraintes, trouver un équilibre dans les délais de réalisation et l'urgence par l'anticipation, le nombre de corrections faites et leurs utilités objectives, savoir dire merci... sans compter les délais de paiement. Il y a de nombreuses manières d'avoir une relation responsable avec ses sous-traitants. A vous de trouver la vôtre.

Le dialogue et attentes

Comme vous le savez, le dialogue avec les parties prenantes est indispensable dans l'engagement en RSO. Ainsi, vous pouvez très bien solliciter vos donateurs afin de mieux connaître leurs attentes sur vos messages, la fréquence d'envoi, le ton... même votre magazine d'information peut faire l'objet d'un échange pour co-construire et prendre en compte les attentes.

Conseil

Bien en amont d'une campagne d'appel aux dons, organisez un groupe de travail avec quelques donateurs représentatifs pour recueillir leurs sentiments sur vos appels aux dons et les informations que vous leur apportez. Vous pouvez même leur soumettre différents messages pour tester leurs réactions ou adhésions. Sans oublier de leur demander ce qui manque ou ce qu'ils aimeraient lire.

La transparence et redevabilité

La transparence est indispensable dans la relation avec vos donateurs : elle crée la confiance, entretient la relation et permet de mobiliser ses sympathisants en cas de coup dur.

Rendre compte des résultats d'une campagne d'appel aux dons, des montants investis dans la collecte, mais aussi de l'utilisation des fonds collectés entraîne la plupart du temps confiance et fidélité chez les donateurs.

Conseil

Investir financièrement pour collecter des fonds est tout à fait bien compris et accepté par les donateurs. En revanche, c'est une question de proportion des frais par rapport à l'utilisation sur le terrain. Les frais de structure (y compris les frais de collecte) ne doivent pas dépasser 20 à 30 % des fonds collectés, de sorte que la plus grosse part des dons se traduise bien en action pour la cause.