Une note du Haut-Conseil à la vie associative (HCVA) tire les leçons des données chiffrées concernant l'engagement bénévole avant de formuler des propositions pour le renforcer.

Les associations constituent une source de mobilisation de bénévoles au-delà de leur périmètre originel. Pour renforcer l'engagement bénévole, un duo doit travailler de concert : l'État, c'est-à-dire les pouvoirs publics en général, et les associations.

Le rôle de l'État et celui des associations doivent être complémentaires mais sans substitution. Les associations ne sont pas les outils des pouvoirs publics ; elles doivent œuvrer en lien, à leurs côtés et avec leur soutien, tout en gardant leur autonomie et indépendance afin de pouvoir déployer tout leur savoir-faire.

Les propositions faites par le HCVA encouragent le soutien à la mobilité et la valorisation des acquis de l'expérience par les associations. Les pouvoirs publics sont quant à eux exhortés à valoriser les mesures existantes, notamment en simplifiant la mise en œuvre des différents droits attachés au bénévolat. Le HCVA appelle même de ses vœux la mise en œuvre de mesures telles que la concertation avec les employeurs ou l'engagement intergénérationnel.

Auteur

Juris associations pour le Crédit Mutuel