Elisabeth Pascaud - France Bénévolat - Partenaire Associathèque

Pour éclairer sa vocation, qui est de développer l'engagement bénévole associatif pour une citoyenneté active, France Bénévolat s'est dotée, depuis 2010, d'un baromètre de l'évolution du bénévolat*. Sa réalisation est confiée à l'IFOP et bénéficie du soutien du Crédit Mutuel.

L'enquête mesure le bénévolat par un certain nombre de questions. Parmi celles-ci, cette question : « vous arrive-t-il de donner du temps, gratuitement, pour les autres ou pour contribuer à une cause ? / Oui, plus maintenant ou non ? », posée exactement sous la même forme au cours des enquêtes successives, garantit un suivi des évolutions les plus significatives. Le bénévolat mesuré est celui répondant à l'intérêt général et ne couvrant pas le bénévolat concourant plutôt à des intérêts privés, locaux, professionnels.

En 2019, 2 de nos concitoyens sur 5 (38 %) « donnent du temps pour les autres, pour une cause », soit 20 millions de bénévoles.

Parmi eux, 13 millions donnent ce temps dans le cadre d'une association.

L'enquête montre que le nombre de bénévoles est relativement stable depuis plusieurs années dans les associations, mais aussi dans d'autres organisations (politique, religieuse, syndicale, municipale...) ou en bénévolat « direct ».

Quelques évolutions marquantes du bénévolat associatif

Si le taux d'engagement bénévole associatif est plutôt stable (24 % de la population de 15 ans et plus), il progresse dans les jeunes générations (moins de 35 ans et 35-49 ans, 22 % en 2019 pour chacune de ces générations), et diminue chez les plus âgés (chez les 50-64 ans, 20 % en 2019, et chez les plus de 65 ans, 31 % en 2019 contre 37 % en 2010, tout en restant encore à un niveau supérieur à celui des autres générations).

Chez les plus jeunes, est-ce le fruit des incitations de l'enseignement supérieur ? D'actions concrètes émanant des associations ? Chez les plus âgés, est-ce dû aux difficultés accrues de fin de carrière, donnant le besoin de souffler ? Au temps à consacrer à sa famille (avec des parents qui vivent plus âgés) ? Au cumul emploi / retraite et à l'augmentation de l'âge du départ à la retraite ?

Dans les associations, la progression du bénévolat ponctuel se confirme : 29 % des bénévoles aujourd'hui en association le sont « à une période précise de l'année ou à l'occasion d'un évènement, quelques heures ou quelques jours par an, et pas tout au long de l'année ». Les plus concernés sont les moins de 35 ans, les plus de 65 ans pratiquant un bénévolat plus régulier.

L'influence du niveau de formation sur le bénévolat associatif se confirme, voire se renforce. Ainsi en 2019, le taux d'engagement est de 18 % chez ceux qui ont au plus un niveau baccalauréat, contre 30 % pour ceux qui ont un niveau d'enseignement supérieur. Ces différences sont confirmées par l'observation des interruptions du bénévolat associatif et la pratique du bénévolat direct, plus fréquentes chez les moins diplômés, et par la crainte de « ne pas avoir les qualités requises ».

62 % des enquêtés ne sont pas ou plus bénévoles, mais beaucoup n'écartent pas la perspective de le devenir ou de le redevenir, en fonction des circonstances (cause à soutenir) et/ou avec une incitation (entourage, association, aide en compétence...).

* L'évolution de l'engagement bénévole associatif, en France, de 2010 à 2019
Baromètre France Bénévolat, réalisé par l'IFOP avec le soutien du Crédit Mutuel