Le télétravail mis en place dans le cadre de l'épidémie est nécessairement différent du télétravail habituel.

Face à la crise sanitaire, le gouvernement a incité les entreprises à recourir massivement au télétravail. Si le télétravail est une solution pour pouvoir maintenir l'activité dans le cadre du confinement, salariés et employeurs doivent rester vigilants sur certains points. En effet, dans ces conditions exceptionnelles, le télétravail peut être source de risques pour le salarié et pour l'employeur.

Il s'agit d'un télétravail imposé, dont la mise en place ne résulte pas d'une longue réflexion ou d'une organisation concertée, mais d'une relative urgence qui est celle de poursuivre l'activité.

Il s'effectue souvent à temps plein dans un espace non professionnel et n'est plus partagé avec des temps de retour au bureau ou dans un espace professionnel. Il se pratique, parfois, dans un environnement familial particulier, le conjoint pouvant également être en télétravail, les enfants, en bas âge et/ou devant suivre leurs cours à domicile...

En période de crise, la mise en place du télétravail, souvent effectuée à la va-vite, mérite une surveillance accrue de la santé et de la sécurité des travailleurs.

L'INRS (Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles) a publié un guide pratique.

Une attention particulière doit également être portée à la protection des données et des équipements informatiques. Le site gouvernemental de lutte contre la cyber malveillance a publié des « recommandations de sécurité informatique pour le télétravail en situation de crise ».

Auteur

Juris associations pour le Crédit Mutuel