Toutes les options d'accessibilité du site associathèque | Raccourci vers le menu de premier niveau | Raccourci vers le menu de second niveau | Raccourci vers le contenu principal | Raccourci vers le formulaire d'identification | Raccourci vers la recherche | Raccourci vers le pied de page

Analyse de cas : trésorerie négative


Une bonne gestion financière : analyse de cas d’une structure ayant une trésorerie négative

Cas d’une association ayant un Besoin en Fonds de Roulement

Besoin en fonds de roulement

Le BFR constaté est financé, en partie par des ressources permanentes (FDR+) et en partie par un excédent des concours bancaires courants sur les disponibilités.
Le FDR est positif mais insuffisant pour couvrir l’ensemble des besoins du cycle d’exploitation d’où un recours à des crédits de trésorerie. Il convient d’apprécier l’importance du risque bancaire courant.
Une analyse du BFR peut s’avérer utile pour connaitre les postes de l’actif circulant qui pourraient être diminués. Par exemple, les créances auprès des usagers ou des adhérents pourraient être étudiées pour connaitre les délais de paiement réels. Souvent une action sur ces délais de recouvrement permet une diminution du besoin de financement de l’activité.

Besoin en fonds de roulement

Les concours bancaires courants couvrent l’ensemble du BFR et du FDR. Cette situation est déséquilibrée et porteuse de danger.

Caractéristique des structures en difficultés et qui sont portées à bout de bras par les banquiers dont les concours à court terme financent non seulement le BFR mais également une partie des immobilisations (car FDR < 0).

Cas d’une association ayant un Excédent en Fonds de Roulement

Excédent en fonds de roulement

Les ressources permanentes ne couvrent qu’une partie de l’actif immobilisé (FDR-) et leur insuffisance est compensée d’une part par les fournisseurs et d’autre part par les concours bancaires courants. La dépendance financière externe de la structure est grande.

Cette structure financière est déséquilibrée car une partie de l’actif immobilisé est financée par des ressources courtes d’origine bancaire (crédits de trésorerie) et des ressources d’exploitation (dettes fournisseurs).

En cas d’arrêt de facilités par les fournisseurs ou par la banque, l’association peut se trouver en situation de cessation de paiements, c’est-à-dire qu’elle ne peut plus payer ses dettes exigibles à court terme grâce à ses créances et actifs à court terme.