Toutes les options d'accessibilité du site associathèque | Raccourci vers le menu de premier niveau | Raccourci vers le menu de second niveau | Raccourci vers le contenu principal | Raccourci vers le formulaire d'identification | Raccourci vers la recherche | Raccourci vers le pied de page

Le développement durable, c'est quoi ?

Histoire, définition et application pour les associations

A la suite d’un long processus de réflexion et d’échanges internationaux, les Nations Unies sollicitent, en 1987, la Commission mondiale pour l’environnement et le développement afin de réfléchir à un programme de changement global de l’économie intégrant davantage l’environnement. La Commission est alors présidée par Madame Gro Harlem Bruntland, première ministre de Norvège, qui donnera son nom au célèbre rapport « Notre avenir à tous » (« Our Common Future »).


Définition et objectifs

Bon à savoir

Bon à savoir

Le développement durable est ainsi succinctement défini comme « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ».

L’objectif du développement durable est de redéfinir un schéma de croissance équilibrée, qui prenne en compte le développement économique, le progrès ou l’équité sociale et la réduction de l’empreinte environnementale des activités humaines. Il s’applique donc prioritairement aux Etats et collectivités, mais aussi aux entreprises et aux acteurs de la société civile (associations notamment).

Traditionnellement, le développement durable est représenté sous la forme de trois cercles (symbolisant les 3 piliers) et se trouve à l’intersection de l’économique, du social et de l’environnement.


En 2010, plus de 500 experts issus de 100 pays participent à une concertation menée par l’ISOexplication et donnent naissance à l’ISO 26000. A ce jour, cette norme non certifiable, est le seul référentiel international définissant la Responsabilité Sociétale des Organisations (RSO).


Bon à savoir

Bon à savoir

La RSO est la contribution des organisations au développement durable de la planète.

Elle est aussi fondée sur les trois piliers, relève d’un engagement volontaire et implique d’aller au-delà de ses obligations légales.

La RSO met aussi un fort accent sur la gouvernance de l’organisation, notamment concernant le dialogue avec ses parties prenantes.


Conseil

Conseil

La RSO, c’est donc trouver un équilibre entre les trois dimensions du développement durable en vue de répondre aux attentes des parties prenantes et tendre vers une performance globale.

Chaque pilier regroupant différentes thématiques, reportez-vous au « mapping » afin d’identifier concrètement les thèmes de travail de votre association dans chacun des piliers.


Quelle différence entre « RSO » et « RSE » ?

Le terme de RSEexplication traduit l’application du développement durable à l’entreprise, puisque historiquement ce sont elles qui ont été impliquées immédiatement après les Etats lors de la conférence de RIO en 1992.

Mais par ailleurs, le travail de définition d’une norme internationale sur le développement durable a fait émerger le fait que ce sujet pouvait s’appliquer à toutes les organisations quelque soient leurs statuts : associations, collectivités locales, syndicats… D’où le terme de RSOexplication

Pourquoi s’engager ?

Les motivations d’engagement dans le développement durable sont multiples.

Les organisations engagées depuis de longues années ont identifié les bénéfices suivants :

Ressources Humaines Sens donné dans son travail

Attractivité des talents et fidélisation

Meilleure performance des collaborateurs

Concrétisation des valeurs et cohérence

Valorisation des compétences, connaissances.

Réduction des risques, de l’absentéisme et des accidents
Economie Amélioration du service rendu

Réduction des coûts, lutte contre le gaspillage

Identification de nouveaux besoins des bénéficiaires

Réponse à des appels d’offres

Proximité de projet avec des partenaires (entreprises, fondations)

Capacité à développer ses activités

Développement de nouveaux modèles économiques

Innovation des collaborateurs ou de la structure
Images et réputation Amélioration de l’image

Fierté et sentiment d’appartenance

Cohérence entre discours et actes

Crédibilité
Gouvernance Amélioration des relations avec les parties prenantes

Implication dans le projet associatif (conception et réalisation)

Réduction des plaintes, meilleure gestion des réclamations
Juridique et réglementation Anticipation de la réglementation

Réduction des risques

Mise aux normes, respect de la réglementation

Attention

Attention

S’engager dans le développement durable, c’est aller au-delà de ses obligations légales.

C’est une démarche volontaire pour intégrer à son projet associatif (économique et sociétal), des questions sociales et environnementales.


Engager son association dans une démarche de développement durable, c’est aussi s’interroger sur les enjeux qui vous concernent plus particulièrement : la biodiversité, la pauvreté, l’accès à la santé, les droits de l’homme, l’accès à la culture, la préservation des habitats naturels…

C’est aussi l’opportunité de donner du sens, mais aussi une dimension plus globale à son objet social et à son projet associatif.


Conseil

Conseil

Lors de la création de l’association, pensez à intégrer le développement durable dans votre réflexion.

Cela peut être un bon outil de réflexion pour concevoir le projet associatif, la mission de votre association, les valeurs qu’elle défend et sa vision de la société.


Attention

Attention

« Le développement durable fait partie de notre ADN », « On fait du développement durable comme Monsieur Jourdain faisait de la prose, c’est-à-dire sans le savoir », font partie des idées reçues à combattre.

Certaines associations ont déjà mis en place de nombreuses actions sur différents piliers du développement durable, de même, certains objets associatifs lui donnent un terreau plus favorable.


Attention toutefois, ce n’est pas pour autant que l’association applique les principes de la RSO depuis sa création. De même, le statut d’association ne signifie pas pour autant un engagement dans le développement durable.


Collectivité locale et développement durable

En 1992 au sommet de la Terre a` Rio de Janeiro, les Etats s’engagent dans une démarche mondiale de développement durable. Ils interpellent alors les collectivités territoriales afin qu’elles déclinent les grands engagements de préservation de la planète, notamment en utilisant un outil dédié : les « agendas 21 locaux ».

Pour en savoir plus : consultez le guide « L'association et les collectivités » et sa page développement durable.