Toutes les options d'accessibilité du site associathèque | Raccourci vers le menu de premier niveau | Raccourci vers le menu de second niveau | Raccourci vers le contenu principal | Raccourci vers le formulaire d'identification | Raccourci vers la recherche | Raccourci vers le pied de page

Le contrat d'association : secteur animation


Qu’est-ce que l’animation ? Que recouvre ce secteur ? Quel est le domaine de travail d’un animateur ?

L’animation peut être considérée comme la déclinaison moderne de l’éducation populaire.

Toutes deux sont en effet fondées sur une même volonté d’émancipation des populations, de responsabilisation et de développement personnel du citoyen, de recherche de culture pour tous.

Ce qui distingue principalement le champ de l’animation, c’est le passage d’un secteur essentiellement bénévole à un secteur faisant largement appel à des professionnels, les animateurs, parfois qualifiés de socio-culturels ou encore de socio-éducatifs.

Il y a plusieurs manières de définir l’animation :

  • pour l’INSEE, les contours en sont délimités par des institutions « visant soit à insérer socialement certaines catégories de population et à améliorer les relations sociales entre leurs membres, soit, plus généralement, à promouvoir la vie culturelle dans une collectivité » (nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles, catégorie 435b Animateurs socioculturels et de loisirs) ;
  • pour d’autres, elle se définit comme « l’ensemble des moyens et méthodes mis en œuvre pour faire participer activement les membres d’une collectivité à la vie du groupe » (Larousse) ;
  • certains, enfin, se contenteront de reprendre les frontières du champ tel que défini par la convention collective nationale de l’animation : « des entreprises de droit privé, sans but lucratif, qui développent à titre principal des activités d’intérêt social dans les domaines culturels, éducatifs, de loisir et de plein air, notamment par des actions continues ou ponctuelles d’animation, de diffusion ou d’information créatives ou récréatives ouvertes à toute catégorie de population » (art. 1er, alinéa 1er).

On peut donc compter au sein de ces organismes :

  • les accueils collectifs de mineurs (centres de vacances, centres de loisirs, classes de découverte),
  • les écoles de musique, de danse, d’art plastique, d’art dramatique,
  • les accueils post et périscolaires,
  • le soutien scolaire,
  • les lieux d’accueil de la petite enfance (crèches, garderies, etc.),
  • la diffusion culturelle (bibliothèques, musées, ludothèques, médiathèques),
  • les activités de scoutisme,
  • mais aussi les maisons de jeunes et de la culture, les maisons de quartier, les foyers ruraux,
  • ou encore les maisons des associations, les centres sociaux...