Dans l'ensemble, les pratiques favorisent une mise en œuvre effective et réussie de la VAE pour les bénévoles, mais certaines zones demeurent dans l'ombre.

Le HCVA plaide pour une meilleure reconnaissance de la VAE au sein du monde associatif. Vécue comme complexe, contraignante et coûteuse, la VAE n'a pas une image très positive auprès des dirigeants associatifs. Une mutualisation des enseignements et actions serait un minimum afin d'éviter des disparités territoriales.

Le HCVA conclut à la réactivation du comité interministériel de la VAE, « instance incontournable et garante d'un développement harmonieux ».